Les premier Commandement Je Suis L’Éternal, Ton Dieu ! Tu N’auras Pas D’Autres Dieux Devant Ma Face!

10commandements-f

Celui qui sait lire ces paroles de façon exacte, y verra probablement le jugement de ceux, nombreux, qui n’observent pas ce commandement, le plus éminent de tous.

« Tu n’auras pas d’autres dieux ! »

Plus d’une personne se représente de façon beaucoup trop restreinte ce que signifient ces paroles. Elle s’est trop facilité les choses ! Parmi les idolâtres, elle ne pense probablement, en premier lieu, qu’à ces hommes qui s’agenouillent devant une rangée de statuettes en bois, dont chacune représente un dieu bien déterminé et elle pense peut-être aussi aux adorateurs du diable et à de semblables égarés, dont elle évoque, dans le meilleur des cas, le souvenir avec pitié, mais, en cette circonstance, elle ne pense pas à elle-même.

Pour une fois, faites donc bien votre propre examen et vérifiez si, éventuellement, vous n’en feriez pas tout de même partie !

L’un a un enfant qui lui importe effectivement plus que tout et pour lequel, oubliant tout le reste, il pourrait faire tous les sacrifices. L’autre place la jouissance terrestre bien loin au-dessus de tout et finalement, même avec le meilleur vouloir, il ne serait absolument pas capable de renoncer à cette jouissance pour quoi que ce soit, si une telle exigence se présentait à lui, lui accordant de se décider librement. Un troisième encore aime l’argent, un quatrième le pouvoir, un cinquième une femme, un autre des distinctions terrestres et tous, dans l’ensemble, n’aiment finalement … qu’eux-mêmes !

C’est de l’idolâtrie dans le sens le plus vrai. C’est contre cela que le premier commandement met en garde et c’est cela qu’il interdit ! Et malheur à celui qui ne le suit pas à la letter !

Cette transgression aura immédiatement pour fâcheuse conséquence qu’un tel homme devra toujours rester lié à la terre, lorsqu’il passera dans le royaume de la matière subtile. Mais, en réalité, c’est lui-même qui s’est lié à la terre, par son penchant pour quelque chose qui est sur terre ! Il sera ainsi maintenu à l’écart de toute ascension ultérieure, perdra le temps qui lui avait été accordé pour cela, et courra le danger de ne pas sortir à temps du royaume de la matière subtile en une résurrection hors de celui-ci, vers le lumineux royaume des esprits libres.

Il sera alors entraîné dans la décomposition inévitable de toute matière, décomposition servant à la purification de cette dernière, en vue de sa résurrection et de sa nouvelle formation. Ceci en effet est pour l’âme humaine, la mort spirituelle de tout ce qui, en elle, était devenu personnellement conscient et, de ce fait même, l’anéantissement de sa forme comme de son nom, pour l’éternité !

C’est de cette effroyable éventualité que doit protéger l’observance de ce commandement ! Il est le commandement le plus éminent parce qu’il demeure celui dont l’être humain a le plus besoin ! Ce dernier, malheureusement, a trop facilement tendance à s’adonner à un quelconque penchant qui, finalement, l’asservit ! Cependant, ce qu’il laisse devenir un penchant, il en fait ainsi un veau d’or qu’il place au rang le plus élevé, et en fait par là même une idole ou un faux dieu à côté de son Dieu, très souvent même encore au-dessus de lui !

Il n’y a malheureusement que trop de « penchants » que l’homme s’est créés et qu’il fait volontiers siens avec la plus grande insouciance ! Le penchant est la prédilection pour quelque chose de terrestre, comme je l’ai déjà mentionné. Naturellement, il en existe encore bien davantage.

Mais, celui qui fait sien un penchant « penche » comme l’exprime avec justesse le terme. Lorsqu’il parviendra dans l’au-delà pour continuer son évolution, il sera attaché de ce fait à la matière dense, il ne pourra pas s’en libérer facilement et restera entravé, retenu ! On peut aussi appeler cela une malédiction qui pèse sur lui. Le processus est le même, peu importe l’expression employée.

Cependant, si l’homme, lors de sa vie terrestre, place Dieu au-dessus de tout – non pas uniquement selon son imagination ou seulement en paroles, mais selon ce qu’il ressent intuitivement, c’est-à-dire de façon vraie et authentique, en un amour plein de vénération qui le lie comme à un penchant – il tendra immédiatement par ce lien, en raison d’effets de même nature, à se diriger vers les hauteurs lorsqu’il parviendra dans l’au-delà, car il emporte avec lui la vénération et l’amour qu’il éprouve pour Dieu, qui le soutiennent et le porteront finalement au paradis, au séjour des esprits purs, libérés de tous fardeaux, esprits dont les liens conduisent uniquement vers la lumineuse Vérité de Dieu !

C’est pourquoi, veillez à observer strictement ce commandement. Vous serez ainsi préservés de nombreux fils défavorables du destin.

Abd-ru-shin

retour à « Les Dix Commandements De Dieu »